Archives de Catégorie: Votre avis

La place des médias dans les présidentielles 2012

A un an des élections présidentielles françaises, les médias commencent à faire des dossiers spéciaux, mettent en place des forums sur leur site internet.

Vu sur  leParisien.fr

Vu sur lexpress.fr

Vu sur  

Mais quelle est la place des médias dans les élections présidentielles 2012 ?

Journalistes, comment voyez-vous votre rôle dans ces élections et dans la campagne présidentielle ?

Lecteurs, qu’attendez-vous des médias sur le sujet des élections présidentielles 2012 ?


Aide à la mobilité du journaliste

Comme vous avez pu le constater dans les différentes pages du blog, le journaliste, en début de carrière, est amené à beaucoup bouger.

C’est devenu une nécessité. Les rédacteurs en chef ne proposent des CDI qu’à des recrues qui ont fait leurs preuves dans différents journaux. Et qui dit différents journaux, dit souvent plusieurs régions.

Mais se déplacer coûte cher. Frais de carburant, péage autoroutier, logement…

L’aide attribuée par Pôle Emploi

Les demandeurs d’emploi, qui reprennent un emploi éloigné de leur lieu de résidence, peuvent bénéficier, de la part de Pôle emploi, d’aides destinées à compenser les dépenses occasionnées par cette reprise d’activité.

Youpi ? Eh bien pas tout à fait. Si tous les demandeurs d’emploi peuvent y prétendre, il y a des conditions, bien entendu :
Les aides à la mobilité sont accordées en cas de reprise d’un emploi, y compris à temps partiel, en contrat à durée indéterminée (CDI) ou en contrat à durée déterminée (CDD) d’au moins 6 mois situé à plus de 60 km ou 2 heures de trajet aller-retour pour la double résidence ou le déménagement.
Souvent, avant de signer un CDD de six mois ou de décrocher le Saint-Graal, le CDI, on passe par des contrats plus courts. Comment faire alors ?
Je fais le tour du net, et je vous avoue que je ne trouve pas d’aides supplémentaires.
Si vous avez des pistes, n’hésitez pas à nous les communiquer…

Journaliste localier, pas moins prestigieux

Je pense qu’une petite mise au point s’impose. Être journaliste localier n’est pas moins prestigieux que grand reporter à Libé. Ça n’est juste pas le même métier.

Amis localiers, vous avez déjà certainement connu cette situation : on rencontre une nouvelle personne, le dialogue s’installe.

Et tu fais quoi dans la vie ? Journaliste. (Les yeux s’écarquillent). Et pour quel journal ? Presse Océan. (Déception dans les yeux de l’interlocuteur).

Non je ne suis pas grand reporter de guerre. Non je ne travaille pas pour Libé, Le Monde ou le Nouvel Obs. Mais je n’en reste pas moins journaliste. Et comme le titre de ce blog l’indique, je suis reporter du bout de la rue.

L’entreprise truc-muche qui licencie 150 employés, la commune de trifouilli-les-oies qui entame des travaux pharaoniques, l’association machin qui aide je ne sais trop qui, etc. méritent autant d’intérêt que le Petit Nicolas et sa belle.

Journaliste localier est un véritable métier. Il demande de connaître le territoire sur lequel on vit : politique, économie, culture, aménagement du territoire, vie sociale, etc.

Souvent aussi, pour ne pas dire tout le temps, quand un grand reporter d’un quotidien national déboule sur le terrain, c’est parce qu’il a lu dans un journal local une information qui l’intéresse.

Alors par pitié, lecteur, quand on vous dit que l’on travail à Presse Océan, Le Courrier Picard, La Nouvelle République ou que sais-je encore, cesse donc de faire cette tête. On ne travaille pas (pas tous) en presse quotidienne régionale par dépit.