Archives quotidiennes : 26 avril 2011

Les réponses tombent

Delta fm

Au début du mois d’avril, j’ai candidaté chez Delta fm pour un poste de journaliste présentatrice/reporter/rédactrice (rien que ça).

L’offre est parue sur radioactu. Un poste en CDI, pour couvrir le littoral dunkerquois.

Devinez quoi : ils m’ont recontacté aujourd’hui par mail pour me dire qu’ils avaient retenu mon profil. J’attends un coup de téléphone pour un premier contact.

On croise les doigts et les orteils…

Nouvelle République

Et je ne vous ai pas dit, la semaine dernière, c’est la Nouvelle République qui m’a recontactée. Ils me proposaient un CDD de 4 mois (congés parental) du 2 mai au 31 août. Engagée auprès de Presse Océan, j’ai dû refuser.


L’objectivité du journaliste

Voilà un  débat qui fait rage : le journaliste est-il objectif ? Je me permets de mettre le sujet sur le tapis parce q’u’il a été abordé dans un commentaire du précédent poste.

SD indique qu’il souhaite voir les journalistes engager plus leur subjectivité. Il affirme même que l’objectivité du journaliste n’existe pas. un point de vue que je partage.

Lors de mon entretien à La Nouvelle République, nous avons commencé à en débattre avec le rédacteur en chef, Bruno Bécard.

Je persiste et signe : l’objectivité du journaliste n’existe pas. Chacun écrit avec sa sensibilité, son histoire, ses affinités politiques ou religieuses. Mettez deux journalistes sur le même sujet, il ne choisiront pas nécessairement le même angle.

Exemple. Quand j’étais à Lille, j’avais en charge la question des Roms roumains. Quand le fait diversier traitait une expulsion d’un terrain, il anglait plus facilement sur le déploiement des forces de police. Tandis que moi j’anglais sur le devenir de ces familles déplacées. Je ne dis pas que j’avais raison et lui pas. Je pense d’ailleurs que le lectorat y trouve son compte, puisqu’on traite l’information de deux manières différentes.

Bruno Bécard ne semblait pas d’accord avec ce point de vue. Comme beaucoup de journalistes d’ailleurs.

Un avis sur la question ? J’attends vos commentaires.


Dans votre journal idéal

A quoi ressemblerait votre journal idéal ? Je me pose, et vous pose, sérieusement la question.

J’avoue que j’ai travaillé dans des journaux où, quand j’ouvrais la première page, je n’avais pas envie de lire un quelconque article. C’est terrible comme réflexion. Si le journaliste n’a pas envie de lire les articles de son canard, qu’en est-il des lecteurs ?

Ce qui m’alerte aussi, c’est de voir les membres de ma famille, des amis, des colocataires me dire qu’ils ne lisent pas les journaux. Ils regardent bien les infos à la télé, presque par automatisme d’ailleurs. Ils regardent sur internet, mais n’ouvrent pas un canard papier. Qu’en est-il pour vous ?

  • Consommez-vous des journaux ? Si oui, sous quel format ?
  • Si ce n’est pas le cas, est-ce par manque de temps, manque d’intérêt, ou parce que le contenu de ce que l’on vous propose ne vous attire pas ?
  • Enfin, qu’est-ce que vous aimeriez trouver dans votre journal idéal ?

Merci de vos contributions.